Ville de Trébeurden

 

Accueil > Tourisme > Le plan de développement touristique

Le plan de développement touristique

En novembre 2001, le conseil municipal, tirant les conclusions de la baisse de fréquentation de la station depuis plusieurs décennies, décidait de mettre en œuvre, au cours des années 2002 à 2008 un plan de développement touristique dont les orientations principales étaient les suivantes :

-  Les principes d’un développement équilibré de la Commune entre sa vocation touristique de station de la Côte de Granit Rose et son appartenance à un ensemble économique et urbain fondé sur les activités de haute technologie et structuré dans le cadre d’une Communauté d’Agglomération de Lannion-Trégor.

-  La priorité accordée, pour le développement touristique, à l’élargissement de la période de fréquentation de la station du 1er avril au 1er novembre.

-  L’établissement d’un programme pluriannuel de réalisation des infrastructures et équipement touristique de la station.

-  La majoration de 50% de l’enveloppe financière communale affectée aux actions touristiques (hors investissements).

-  La transformation de l’Office de Tourisme en Etablissement Public à caractère industriel et commercial avec la mise en place d’un Directeur de Station.

2005 : la « mi-temps » du plan de développement touristique de Trébeurden

Dès l’origine, il était prévu qu’un point d’étape et d’adaptation du plan de développement serait réalisé en 2005. C’est ce point d’étape qui est présenté ici, après qu’il est été soumis à l’ensemble des professionnels partenaires de l’Office de Tourisme remis à la Maison de la Mer le 3 octobre dernier. On distinguera, d’une part, les actions touristiques menées dans le cadre du doublement de budget communal, d’autre part, les investissements réalisés dans le cadre du programme pluriannuel d’équipement.

I - Les actions touristiques menées entre 2002 et 2005

Dès le 1er janvier 2002, l’ancienne structure associative de l’office de tourisme laissait place au nouvel établissement public composé pour un tiers de représentants de la commune et deux tiers de représentants des professionnels, chaque secteur d’activités étant représenté : hôtellerie, camping, meublés, commerçants, métiers de bouche, activités nautiques ainsi que les activités culturelles.

Parallèlement, l’enveloppe financière allouée par la commune était majorée de 50% et, le 1er février, l’office était doté d’un Directeur de Station.

Simultanément, la Commune de Trébeurden et l’Office de Tourisme entraient dans le réseau des Stations Nouvelle Vague : 16 stations littorales constituant le fer de lance du développement touristique de la Bretagne.

Après avoir affûté sa stratégie avec un consultant (Act Ouest) pour valoriser les atouts de la station, l’Office et la Commune ont mis en place progressivement des animations en avril-mai-juin pour favoriser l’élargissement de la saison touristique, telle que la Marée de Milliau, Quai des Peintres et apporter leur soutien à des manifestations nautiques telles que la Trégor Cup et la Régate de Yealm organisées par le Yacht Club. Mais il est rapidement apparu indispensable de fidéliser et d’accroître la clientèle estivale qui s’amenuisait et réduisait la durée de ses séjours.

C’est pourquoi, la Commune et l’Office se sont engagés dans l’élaboration progressive d’un programme hebdomadaire d’animations de bord de mer, programme qui a connu en 2005 son aboutissement avec le lundi (Place aux mômes ), le mercredi (les mercredis du castel), le vendredi (le marché du terroir) et enfin, chaque semaine ou presque, une manifestation ponctuelle telle que la soirée du 13 juillet ( retraite aux flambeaux, feu d’artifice et bal populaire), le semi-marathon de la Côte de Granit Rose, la fête de la Mer, la finale du Tournoi de Tennis, Toutes Voiles Dehors, sans oublier, sur les hauts de Trébeurden, la Fête de la Moisson.

Multiplication également des actions de promotion par les salons professionnels où l’Office de Tourisme de Trébeurden est présent ou représenté. Aux six salons des OTSI de la Côte de Granit Rose, se sont, en effet, ajoutés les seize salons programmés chaque année par les Stations Nouvelle Vague. Toutefois, pour l’avenir (la 2ème phase du plan), il est prévu de réduire progressivement le nombre des salons au profit d’actions plus ciblées et de développer le site internet de l’Office du Tourisme de Trébeurden.

Les publications de l’Office se sont également multipliées. Les deux brochures traditionnelles ont fait place à une guide d’appel, un guide des hébergements et un guide pratique (les loisirs).

En outre, l’Office édite régulièrement un journal de bord mis gratuitement à la disposition des touristes dans les commerces de la station. S’ajoute à ces publications, la carte et le dépliant de la Côte de Granit Rose et surtout le célèbre guide des Stations Nouvelle Vague, traduit en plusieurs langues, véritable guide touristique qui permet de faire le tour de la Bretagne sur le littoral par des sauts de puce successifs de station en station.

Enfin, l’Office de Tourisme de Trébeurden a pu entrer, à Paris, dans le »club de la presse » très sélectif qui réunit une quinzaine de Directeurs d’Office de Tourisme avec les journalistes spécialisés des grands quotidiens et des principaux magazines, ce qui vaut à Trébeurden un regain d’articles de presse sur notre station, sa gastronomie, Ile Milliau, (et même ses promenades sur la plage en hiver), etc...

Au total, le bilan des actions menées depuis 2002 est important. Pour l’avenir, il demande toutefois à être complété sur deux points. Le premier c’est le développement des activités hors saison estivale, non seulement au printemps, mais également en automne, par exemple en étendant la durée du Festival place aux Mômes. Le second point, c’est le développement de manifestations culturelles et artistiques, développement déjà programmé, mais lié à la mise en service du nouvel équipement culturel multifonctions au Centre Bourg.

II - Les investissements touristiques réalisés entre 2000 et 2005

Le plan de développement touristique comportait, en second lieu, l’aménagement du littoral. A ce titre, un certain nombre de travaux ont été réalisé entre la plage de Pors Termen et celle de Tresmeur.

Il s’agit d’abord du réaménagement de l’accès à Pors Termen (poste de surveillance, sanitaires, local et accès handicapés). En outre, une promenade a été réalisée sur le terre-plein du port permettant la continuité du cheminement piétonnier en bordure de mer. Enfin, les abords des commerces du port et l’accès à la plage de Tresmeur ont été eux-mêmes restructurés en dégageant des espaces réservés aux piétons d’une part et de places de stationnement, d’autre part. L’engazonnement et le fleurissement de la totalité de cet ensemble a valu à la Commune de Trébeurden de recevoir le Prix Départemental du Jardinier en 2005.

Il convient désormais de poursuivre l’aménagement du secteur de Tresmeur. D’ors et déjà, le financement de la remise en état de l’impasse de Traou Meur a été prévu au budget 2005 de la Commune. Mais cette opération doit ce faire en cohérence avec l’aménagement ultérieur de l’espace public situé entre la discothèque des Chandelles et le Celtic, d’une part, l’Ecole de Voile et la digue de Tresmeur d’autre part. C’est pourquoi des études sont prévues simultanément sur cet espace.

Le Plan de développement touristique comporte également la création de nouveaux locaux pour l’Office de Tourisme au centre de la place de Crec’h Héry. Cette opération a été terminée à la fin de l’année 2005, en même temps que la restructuration de la place de Crec’h Héry. Rappelons que la réalisation de locaux adaptés à la réception de la clientèle touristique (y compris les personnes handicapées) valorise la station.

Bien qu’il ne soit pas inscrit spécifiquement dans le plan de développement touristique, mais au programme général des investissements communaux, la réalisation d’un équipement culturel est un élément supplémentaire de valorisation, surtout pour les périodes d’avant et d’arrière saison. Des enquêtes récentes réalisées par « Côtes d’Armor Développement » soulignent l’intérêt croissant des clientèles touristiques, y compris à Trébeurden, pour les activités culturelles et artistiques. C’est à ce besoin que doit répondre le projet d’équipement culturel multifonctions programmé au Centre Bourg, non seulement pour la population permanente, mais également pour la clientèle touristique.

Compte tenu de l’élaboration du plan pluriannuel de développement et de sa mise en application, il n’est pas étonnant que les professionnels eux-mêmes, se soient lancés dans des programmes d’investissement, soit pour accroître l’offre touristique, soit pour accroître la qualité de leurs prestations. Sur le premier volet, on peut citer, par exemple, l’extension de l’hôtel Ti al Lannec, la création de gîtes attenants au restaurant, le nouveau camping du Centre de Plongée, la réouverture de chambres à l’hôtel Ecume de Mer ou d’emplacement de camping à Armor Loisirs et, enfin, l’ouverture de 3 gîtes d’étape (capacité 20 personnes) sur l’Ile Milliau. En contre partie, il faut enregistrer la fermeture de l’hôtel Family. Tout à fait exemplaires sont les équipements dont s’est doté l’Ecole de Plongée, pour pratiquer, tout au long de l’année des formations à la photo et au film sous-marin et des formations à la flore et la faune sous-marine.

Le bilan d’étape réalisé au milieu de l’année 2005 a été l’occasion de faire apparaître de nouveaux besoins. Il s’agit essentiellement de l’ensemble de l’accueil des camping-cars qui, depuis deux ans envahissent la station, comme l’ensemble du littoral breton. C’est pourquoi, il est envisagé d’élargir l’aire de service de Goas-Treiz pour en faire une aire d’accueil permettant le stationnement nocturne d’une soixantaine de camping-cars. Mais ce stationnement nocturne serait payant, à la fois pour assurer l’amortissement de l’investissement et pour éviter de créer une concurrence déloyale vis à vis des campings privés.

Par ailleurs, sera refaite, en totalité, au début de l’année 2006, la signalisation des établissements touristiques de la commune (hébergement, restaurants et activités de loisirs). La commune souhaite compléter cette opération, dans un second temps, par l’installation de relais d’information situés sur les deux accès principaux (route de Lannion et route de Perros) et peut-être même (mais sans garantie) l’installation d’une borne interactive encastrée dans la vitrine de l’Office du Tourisme.

Ce bilan d’étape serait incomplet s’il n’incluait pas les équipements portuaires. En ce qui concerne le port communal, les postes d’amarrage de Trozoul ont été complétés par la création de mouillages groupés à Toéno. Quant au port de plaisance concédé à la SPPT, le nombre de pontons a été augmenté. La société concessionnaire entend donner priorité à l’accueil des grosses unités, comme cela était prévu dans le programme fixé au traité de Concession. Cette stratégie n’est pas sans susciter des récriminations de la part des plaisanciers. Mais c’est en même temps, la manifestation, 20 ans après sa création, du développement de la plaisance sur nos côtes.

Il est difficile de dresser un bilan chiffré des résultats du plan de développement touristique. Les aléas climatiques peuvent d’une année sur l’autre, modifier la fréquentation de la station. C’est ainsi que la « canicule » de 2003 a provoqué un afflux exceptionnel de touristes durant l’été et des réservations nombreuses pour la saison 2004. Malheureusement, celle-ci a été particulièrement pluvieuse, ce qui a entraîné, par contre coup, une baisse des réservations pour 2005, baisse particulièrement marquée pour les meublés. Mais, si l’on résonne sur le moyen terme, on constate que la courbe de fréquentation touristique de la station qui ne cessait de baisser jusqu’en 2001, s’est redressée depuis lors. Les créations et la fermeture de commerces à Trébeurden constituent, elles aussi des indicateurs sur l’évolution touristique. Avec l’ouverture des commerces du port et de nouveaux établissements en bordure de la plage de Tresmeur, le bilan semble également positif. Il en est de même sur le secteur de Crec’h Héry où le nombre des nouveaux commerces est largement supérieur à celui des fermetures.

Au total, il apparaît que la courbe du tourisme s’est renversée à Trébeurden et que la station a, enfin, redémarrée. Mais c’est un résultat fragile qu’il importe de conforter durant les trois prochaines années.